Blog

Nouvelles du bord, jour 84: 3 tours du monde!

Finalement, le vent a tourné et augmenté en intensité et mon J3 (petite voile d'avant) est adaptée aux conditions actuelles. Depuis hier, j'avance bien vers le Nord avec de bonnes vitesses et j'ai pu laisser dans mon sillage Salvador de Bahia et Recife (pointe du Brésil).


Je vous parle de Salvador parce que, quand j'ai commencé la course en solitaire en 2009, j'ai participé à la Mini Transat. Une traversée de l'Atlantique en 2 étapes à partir de la Rochelle vers Salvador dans une version de 6,50m de l'IMOCA sur lequel je navigue actuellement. Maintenant qu'il me reste l'équivalent de la Mini Transat, j'ai l'impression que ce n'est pas si grand, c'est fou comme l'expérience met les choses en perspective! Je suis aussi bien content car aujourd'hui je suis repassé sur ma "trace" de l'aller! Cela veut dire que j'ai croisé toutes les longitudes d'Ouest en Est et donc terminé mon 3e tour du monde en passant sur le même point que le 20 novembre dernier ( 06 ' 57 S, 032' 20 W) J'ai l'impression que c'était il y a des années, avant l'interminable gris et froid du Sud avec ses galères et les joies associées. Maintenant il me reste 350 milles avant l'Equateur et je souffre de la chaleur tropicale. Je sais que mes lecteurs Européens, qui sont toujours en plein hiver, n'auront pas beaucoup de sympathie mais je vous assure que trop chaud n'est pas agréable non plus. Je n'ai pas la climatisation, pas de boisson fraiche ou de brise rafraîchissante. Je profite avec plaisir des nuits plus fraîches où ma peau blanche ne se fait pas agresser par le soleil. Grâce aux panneaux solaires et à mon hydro générateur, je peux faire beaucoup d'eau avec mon désalinisateur mais il me faut des litres avant de me sentir bien. Quand j'étais plus jeune, mon livre favoris était, "L'expédition de Kontiki", qui racontait les aventures de l'anthropologiste Thor Heyerdahl à travers le Pacifique sur un radeau de balsa. Ces aventuriers suédois et norvégiens souffraient énormément de la chaleur et ils avaient découvert qu'en ajoutant de l'eau de mer à leur eau potable ils se sentaient mieux. En effet leurs corps manquaient d'eau mais aussi de sel à force de transpirer autant! Dans mon cas je rajoute des compléments alimentaires pour le sport mais peut être que je devrais essayer un peu d'eau de poissons volants ;-)


© Foresight Natural Energy / Conrad Colman #vendeeglobe

#VendéeGlobe #Conradcolman #oceanracing #offshore #voile #courseaularge #Français